Comme avoué lors du lancement de la rubrique, je veux que ma vie soit comme dans un film, trépidante comme un thriller mais qui finit bien comme une comédie romantique. Et si pour commencer, on s’inspirait de nos films préférés pour pimenter nos vies ? Et si on leur piquait un look, une recette, une musique, un lieu-culte ? Alors comme promis, je vous propose de quoi faire un peu votre cinéma au quotidien…

Ce mois-ci… je prends une cuite avec les Gazelles !

As I admit it when we launch this column, I want my life to be just like a movie, exciting as a thriller but with a happy ending like in all the good romcoms. So, why not being inspired by our favorite motion pictures to spice up our lives? Why not stealing a look, a recipe, a music, a place to be from them? And as promised, I propose to you, dear readers, something to bring the magic of cinema in your daily life…

This month… I get drunk with the Gazelles !

Critique film les gazelles

Autant le dire tout de suite, Les Gazelles, le nouveau film de Mona Achache, est une bonne surprise, loin du film de filles habituel. Et, c’est peut être un peu cliché de le dire, mais c’est un pur divertissement, sans prétention peut-être, mais vraiment drôle.

C’est l’histoire de Marie (Camille Chamoux, co-scénariste brillante) qui, au moment de signer son emprunt sur 30 ans pour acheter un appartement avec son mec, panique et envoie tout valser. Elle va redécouvrir la vie de célibataire (pas toujours facile à assumer) et un nouveau mantra (« c’est toi qui dit quand, c’est toi qui dit qui, c’est toi qui dit comment ») aux côtés d’une bande de copines totalement déjantées et attachantes incarnées par une belle brochette d’actrices : Anne Brochet (toujours surprenante), Joséphine de Meaux (toujours hilarante), Audrey Fleurot (toujours sublime) et Naidra Ayadi (toujours un plaisir de la retrouver depuis Polisse). Cette comédie a le mérite de prôner autre chose que la perpétuelle quête du prince charmant et propose une version trash et plus actuelle de Bridget Jones. Sans occulter les moments loose ou les fragilités de ces célibattantes, les filles y font carrément la fête, ont des plans culs, ne sont pas parfaitement épilées et prouvent que les mecs n’ont pas le monopole de la vulgarité et du désir d’indépendance. En plus, on échappe au happy-end sentimentalo-mièvre avec une fin en ode à l’amitié et à l’épanouissement personnel. Et ça, ça fait du bien !

A la fin du film, une seule envie, celle d’être légère et insouciante en retrouvant ses amies pour aller danser jusqu’au bout de la nuit ! Et comme la vodka est quand même un peu une copine à part entière de la bande des Gazelles, on leur pique leur recette de cocktail explosif pour se mettre dans l’ambiance ! A consommer avec modération évidemment… ou pas ! C’est Anne Brochet qui nous donne le secret du shooter dans une scène : vodka, jus d’airelles (pour les fruits) et quelques gouttes de tabasco (pour le piquant) ! Maintenant vous pouvez le chanter : girls just wanna have fun !

Critique film les gazelles

Critique film les gazelles

Let’s say it right away, Gazelles, the new Mona Achache’s movie, is a pleasant surprise, and it may be a bit cliché to say it but it is pure fun, unpretentious but really funny, far away from the usual chick movies.

This is the story of Mary (Camille Chamoux) who, at the time of signing a loan over 30 years to buy an apartment with her boyfriend, panics and throws everything away to start over. She will rediscover how to be single (not so easy) with a new mantra (« you decide when you decide where, you decide who ») and  a bunch of crazy engaging friends embodied by a great bunch of actresses: Anne Brochet (always surprising), Joséphine de Meaux (always hilarious), Audrey Fleurot (always stunning) and Naidra Ayadi (always a pleasure to see her on screen since the wonderful Polisse). This comedy shows something else than the perpetual quest for Prince Charming and offers a more trash and current  version of Bridget Jones. Without concealing the humiliating moments or the part of weakness of these single women,  the girls here are downright festives, have real booty calls, are not fully shaved and prove that the guys do not have the monopoly of vulgarity or desire for independence. In addition to this, the movie escapes from a chessy happy ending with an end in ode to friendship and personal growth. And that’s good!

At the end of the film, the only desire is to feel carefree and meet your friends to go dancing through the night! And as the vodka is totally part of the Gazelles’s gang, let’s try their explosive cocktail recipe to set the mood! Drink it with moderation of course … or not! Anne Brochet gives us the secret of this shooter in a scene: vodka, cranberry juice (for fruit) and a few drops of tabasco (for the spicy taste)! Yes, you can know sing : girls just wanna have fun!

Écrit par Marie-Emilie Michel / Written by Marie-Emilie Michel