Comme avoué lors du lancement de la rubrique, je veux que ma vie soit comme dans un film, trépidante comme un thriller mais qui finit bien comme une comédie romantique. Et si pour commencer, on s’inspirait de nos films préférés pour pimenter nos vies? Et si on leur piquait un look, une recette, une musique, un lieu-culte ? Alors comme promis, je vous propose de quoi faire un peu votre cinéma au quotidien…

As I admit it when we launch this column, I want my life to be just like a movie, exciting as a thriller but with a happy ending like in all the good romcoms. So, why not being inspired by our favorite motion pictures to spice up our lives? Why not stealing a look, a recipe, a music, a place to be from them? And as promised, I propose to you, dear readers, something to bring the magic of cinema in your daily life…

Cette fois, je recrée l’univers fou de Lou et en plus je vous emmène voir le film avec 10×2 places à gagner (cf en fin d’article) !

This time, let’s create in our home the crazy world that surrounds Lou !

lou-lefilm1

Lou (Lola Lasseron), jeune ado rêveuse et créative, vit seule avec une mère maladroite et totalement accro aux jeux vidéos, Emma (Ludivine Sagnier, enfin dans une vraie comédie). Dans ce doux équilibre qu’elles se sont créé, deux failles : la mélancolie qui gagne peu à peu Emma et l’obsession de Lou pour Tristan, son voisin, qu’elle photographie secrètement de façon compulsive. Leur confortable bulle éclate avec l’arrivée d’un nouveau voisin (Kyan Khojandi, très drôle avec son gilet en peau de mouton) et le premier baiser de Lou. Adapté de la bd éponyme par son créateur original, Julien Neel, on retrouve dans le film toute son inventivité, sa magie et son humour. Histoires d’adolescence et surtout d’amour dans un monde volontairement plus féérique, plus fou, plus coloré que la réalité, Lou est un vrai feel good movie dont on aurait tort de se priver.

Lou (Lola Lasseron), dreamy and creative teenager, lives with her clumsy and totally video game addict mother, Emma (Ludivine Sagnier, finally in a real comedy). In the gentle balance that they have created, two flaws: the melancholy that is gradually gaining Emma and Lou’s obsession for Tristan, the young neighbor she secretly photographs compulsively. Their comfortable bubble bursts when Emma falls in love with a new neighbor (Kyan Khojandi, very funny with his sheepskin coat) and when Lou receives her first kiss. Adapted from the eponymous comic by its original creator, Julien Neel, we found in the film all its inventiveness, its magic and humor. The movie speaks about teeanagers but most of all about love in a deliberately more magical, crazier, more colorful world than reality. Lou is a real feel good movie.

lou-lefilm2

lou-lefilm3

lou-lefilm4

Et c’est bien ce joyeux petit monde qui entoure les personnages et les décors qu’on a envie d’emmener avec soi. D’ailleurs, on ne trouve dans le film aucune marque ni aucun logo de la vie réelle, le moindre packaging de boîte de a été crée de toute pièce et chaque objet compte. Alors, on s’inspire de la maison de Lou et d’Emma pour apporter un peu de cet univers débordant d’imagination chez soi ! Les détails sont innombrables que ce soit les tapettes à mouche multicolores, les meubles fifties customisés dans les tons pastel, les théières aux formes originales. C’est foutraque et chaleureux et ça donne furieusement envie d’aller chiner. Bon, d’accord, difficile de recréer une malle de la honte (à moins d’être magicien ou d’avoir un immense appartement) mais on leur pique l’idée de l’oreiller-défouloir sans hésiter !

And it’s this happy little world around the characters that you might want to bring with you. Moreover, in the film, you will find no brand and no logo from real life, even the smallest packaging box was created from scratch and each object counts. So let’s get inspired by Emma and Lou’s houste to bring some of their imaginative world home! The details are endless whether it’s the multicolored fly swatters, the fifties customized furniture in pastel shades, teapots with original shapes. It looks crazy and warm. Well, okay, recreating the box of shame would be complicated (unless you’re a magician or have a huge apartment) but let’s steal the idea of the special pillow in-case-you-need-to-scream! 

lou-lefilm5
Oreiller Ikea, housses colorées Tertio, punaises ou clous / Ikea pillow, Tertio pillow cases, tacks or nails.

DIY ! Il vous faut : un oreiller bien épais, une housse d’oreiller rigolote, des punaises. Il suffit d’accrocher l’oreiller à une porte. Vous pouvez maintenant aller crier dedans dès que besoin sans casser les tympans des voisins et sans craindre qu’ils appellent l’hôpital psychiatrique le plus proche.

DIY ! You’ll need: a thick pillow, a funny pillowcase, some nails. Just hang the pillow to a door. You can now scream whenever necessary without breaking your neighbors eardrums or without fearing they’re gonna call the nearest mental hospital.


A GAGNER : 10 x 2 places pour aller voir le film et 5 miroirs vitaminés pour les plus rapides !
Vous êtes gâtés héhé !

Comment participer ? C’est très simple :
1. Suivez Rockygirlparis sur Facebook ici, sur Hellocoton là, sur Instagram et sur Pinterest
2. Laissez-moi un commentaire en dessous de cet article.

Vous avez jusqu’au mardi 14 Octobre 2014 pour participer. Le concours est ouvert à la France uniquement. Après tirage au sort, les gagnants seront prévenus par email. Ils donneront leurs coordonnées postales et recevront leurs places. Bonne chance à tous !

Écrit par Marie-Emilie Michel / Written by Marie-Emilie Michel