Comme avoué lors du lancement de la rubrique, je veux que ma vie soit comme dans un film, trépidante comme un thriller mais qui finit bien comme une comédie romantique. Et si pour commencer, on s’inspirait de nos films préférés pour pimenter nos vies? Et si on leur piquait un look, une recette, une musique, un lieu-culte ? Alors comme promis, je vous propose de quoi faire un peu votre cinéma au quotidien …

Cette semaine… je retourne dans les années 80 pour dire NO en jean bleach !

As I admit it when we launch this column, I want my life to be just like a movie, exciting as a thriller but with a happy ending like in all the good romcoms. So, why not being inspired by our favorite motion pictures to spice up our lives? Why not stealing a look, a recipe, a music, a place to be from them? And as promised, I propose to you, dear readers, something to bring the magic of cinema in your daily life…

This week… I come back to the 80’s to say NO in bleach jeans !

No un film de Pablo Larrain

Cela peut sembler très futile de mélanger un sujet aussi sérieux que la fin d’une dictature avec un modèle de jean très en vogue dans les années 80 et qui fait son grand retour depuis 2009, mais, ce n’est justement pas si éloigné du sujet du dernier film de Pablo Larrain, dont je vais vous parler.  NO revient sur un fait historique trop peu connu : comment une poignée de publicitaires ont aidés à renverser le régime de Pinochet lors du référendum de 1988 en utilisant des outils de communication et les codes de la publicité et du libéralisme effréné imposé par Pinochet lui-même.

Et c’est ce qui rend le film passionnant et très actuel. En effet, le sujet, qui pose des questions plus complexes que l’alternative entre dictature et démocratie, c’est la campagne, ou comment utiliser au mieux le temps d’antenne accordé. Une campagne présentée depuis le point de vue des communicants, et dont on comprend qu’elle ne s’est finalement jouée que sur ce terrain.

Gael Garcia Bernal incarne avec finesse et sobriété ce publicitaire ambivalent à la fois très enfantin (il joue plus que son propre fils avec un petit train), loin d’être un fervent militant (il conduit une voiture de sport qu’il a peur de voir abimée lors d’affrontements entre manifestants et policiers) et qui pourtant gagne en maturité à mesure qu’il est menacé et qu’il comprend que ses slogans sont en train de changer le cours de l’histoire du pays.

Le film au grain et à l’esthétique particulière nous propulse directement dans l’époque, fait la part belle à l’action collective grâce à des images d’archives notamment; on en sort galvanisé.

Pour le look, je vous propose de rester donc « collectif » cette semaine avec un jean unisexe Cheap Monday de la nouvelle collection, inspiré par celui que porte le très charismatique Gael Garcia Bernal. Toujours symbole de liberté, d’une forme de rébellion (le publicitaire qui s’occupe de la campagne de Pinochet ne porte pas de jean, lui!), fille ou garçon, ce jean est la tenue idéale pour aller manifester en restant stylé ! L’idée est de mettre en avant cette pièce phare des années 80 :  le jean neige ou bleach (c’est-à-dire avec un aspect délavé à l’eau de javel) mais de le choisir en version slim, plus tendance, plus rock, plus Kate Moss ! Pour les moins téméraires, la version foncée grise est parfaite. Déjà très looké, on choisit de le porter avec des basiques : t-shirt uni blanc pour les hommes, pull en grosses mailles pour les filles comme l’actrice Kate Bosworth, par exemple.

Après Camille redouble (de Noemie Lvovsky, sorti en Septembre et 16 fois nominé aux Césars) et maintenant No (nommé à l’Oscar du meilleur film étranger), on n’a pas fini d’aimer retourner dans les eighties !

Jean Cheap Monday à 55 euros à shopper ici.

No un film de Pablo Larrain

This may seem very trivial to mix a subject as serious as the end of a dictator with a pair of jeans very popular in the 80’s (making a comeback since 2009). However, this is just not so far from the subject of the latest film of Pablo Larrain. NO returns on a hardly-known fact : how a bunch of advertisers helped topple the regime of Pinochet in the referendum of 1988 using communication tools, advertising codes and frantic liberalism imposed by Pinochet himself.

That is what makes this movie so exciting and current. Indeed, the subject, raising more complex issues than the choice between dictatorship and democracy, is the communication campaign. A campaign presented from the actor’s point of view and from which we understand that it ended up to be played in this field only.

Gael Garcia Bernal plays with grace and sobriety this advertising man very ambivalent, being childish (he plays more than his own son with a small train), far from a fervent supporter (he drives a sports car and he was afraid to see it damaged during clashes between demonstrators and the police) and yet matures as he is threatened and starts understanding that his slogans are changing the course of history.

The movie has a particular aesthetic that propels us directly back in the time, giving pride to collective action through archival footage; and, at the end, we end up galvanized.

For the look, I suggest that we stay also « collective » this week with a unisex Cheap Monday jeans from the new collection, inspired by the one worn by the very charismatic Gael Garcia Bernal. Always a symbol of freedom, a form of rebellion,  for girl or boy, this jeans is the perfect outfit to go for a demonstration while remaining stylish ! The idea is to highlight this key piece of the 80’s :  the jean « snow » or bleach. Choose the slim version, more modern, more rock, more Kate Moss ! For the less adventurous, dark grey version is also perfect. Wear it with basics :  white t-shirt for men, hunky knit sweater for girls like the actress Kate Bosworth, for example.

Cheap Monday jeans at 55 euros, that can be purchased here.

Écrit par Marie-Emilie Michel / Written by Marie-Emilie Michel