Pour l’ouverture du Festival de Cannes, j’ai été invitée à la projection du film d’Emmanuelle Bercot, la Tête Haute. C’était à Paris, pas à Cannes, mais c’était bien quand même bien sûr !

Pour moi qui aime bien les films qui traitent de l’humain, des parcours didactiques, des évolutions personnelles, des destins qui se cherchent, le sujet de la Tête Haute était parfait. C’est l’histoire d’un jeune enfant, Malony, (Rod Paradot) qui vit avec une maman pas très nette et carrément dépassée par son statut de mère (incarnée par une Sarah Forestier enlaidie et névrosée). Il se retrouve à de multiples reprises dans le bureau de la juge pour enfants (Catherine Deneuve) qui va essayer, conjointement à l’éducateur désigné (Benoît Magimel), de lui éviter de sombrer.

For the opening of the Cannes festival, I was invited to see the Emmanuelle Bercot’s film, La tête Haute. It was in Paris, not in Cannes, but it was still really nice of course!

For me who loves movies that deal with Human feelings, educational courses, personal developments, destinies that try to fond thier own way, the subject of La Tête Haute was perfect. This is the story of a young child, Malony, (Rod Paradot) who lives with a not very clear mom, downright overwhelmed by her mother status (played by Sarah Forestier, ugly and neurotic). He finds himself repeatedly in the office of the juvenile judge (Catherine Deneuve) who will try, together with the designated educator (Benoît Magimel), to prevent him from sinking.

Critique Film La Tête Haute

Le film est très sensible sans tomber dans la sensiblerie. Mon cœur de maman était bouleversé de voir comment un enfant que l’on a pas aimé comme il aurait fallu, porte les stigmates sous forme d’une violence difficile à réprimer. J’ai aimé également le traitement du thème de l’espoir chez ce jeune désabusé.

La Tête Haute est un film très touchant et moins sombre que Dog Pound par exemple. Il a fait resurgir des questions que je m’étais beaucoup posées pendant ma grossesse, sur la transmission et le rapport de l’inné et l’acquis…

Avez-vous comme moi des questions existentielles qui vous assaillent parfois ?

The film is very sensitive without falling into sentimentality. My mummy’s heart was upset to see how a child who is not loved as much as needed, carries the stigma in a violence not easy to restain. I also liked the treatment of the theme of hope in this young disillusioned boy.

La Tête Haute is a very touching movie, less dark than Dog Pound for example. It has revived questions that I asked myself a lot to me during my pregnancy : the transmission and the report of the innate and the acquired…

Do you also have existential questions that assail you at times?

Critique Film La Tête Haute

Critique Film La Tête Haute