Je ne sais pas si c’est la trentaine bien entamée qui a eu un effet plus que certain sur mon attitude de consommation, la naissance de ma fille qui a complètement bouleversé mes priorités ou la conjoncture économique – ma volonté de devenir freelance en photographie a imposé des concessions -, le fait est que je n’achète plus de la même manière. Surtout en matière de mode.

Déjà, je me suis efforcée depuis maintenant 2 ans à apprendre la couture. J’y ai passé des nuits à faire, défaire, m’énerver, et puis acquérir de la confiance en moi et même montrer quelques astuces à des amies qui ont le même hobby que moi. Coudre fait naître une autre addiction, celle de l’achat de tissu (certes mais le budget n’est pas comparable à celui des vêtements finis, vous pouvez me croire), mais je suis arrivée à dompter cette envie de renouveau pour chercher la créativité avec juste ce que je possède dans mes placards. Depuis 6 mois, je n’ai presque pas acheté d’étoffes, sauf pour des besoins bien particuliers, et mon stock descend petit à petit. Le père Noël complètement fou m’a offert une surjeteuse, et je suis aux anges depuis car quel gain de temps, et des finitions parfaites, c’est magique.. 2017 marquera certainement une année très « couture » dans mon dressing !

Ensuite, je me suis forgé plusieurs principes qui me servent de garde-fou pour ne pas céder à l’achat d’impulsion que l’on regrette ensuite. Dites-moi si cela fait écho à votre manière d’acheter la mode, je suis curieuse..

Si je repère un article qui me plait, pour valoir la peine d’être acheté, il doit remplir au moins l’une des conditions suivantes :
– Me trotter sérieusement dans la tête pendant plus d’une semaine (délai pour passer de l’impulsion à l’obsession chez moi)
– Être de très bonne qualité : mieux vaut investir dans ce qui peut durer plus d’une saison
– Ne pas ressembler à ce que je possède déjà (et vu l’état de mon dressing, il y en a des choses que j’élimine avec cette règle !)
– Il doit être assez complexe pour que je ne puisse pas le faire en couture, sinon autant le faire soi-même, c’est beaucoup plus gratifiant même si on y passe du temps
– Mettre ma silhouette en valeur : hors de question de céder par exemple aux jupes mi-mollet pour moi, même si c’est la mode
– Être pratique dans la vie de tous les jours. Pour cette raison, j’ai presque éliminé toutes mes chaussures à talons, et je ne m’en porte pas plus mal.

Par contre, je continue à m’inspirer grâce à la presse et les blogs. Je n’ai pas forcément d’équivalent de ce que je vois dans mon dressing, mais le plaisir des yeux me suffit la plupart du temps, ou je repère des détails ou des coupes que j’essayerai de reproduire avec ma machine à coudre.

Je vous ai d’ailleurs préparé une petite sélection des looks d’hiver qui me font de l’œil. Ils sont assez différents mais me correspondent tous : soit ils affichent beaucoup de couleur (il en faut pour la bonne humeur !), soit ils jouent sur les codes rock ou masculin/féminin avec toujours beaucoup de confort. Les images ci-dessous proviennent des blogs Masha Sedgwick, Atlantic-Pacific et The Glamourai.

http://www.masha-sedgwick.com/

http://www.

telephone-box-4

paris-style-dandy-1

Atlantic Pacific

Atlantic Pacific

The Glamourai

Et vous, quel est votre rapport à la mode en 2017 ?