Je vous présente aujourd’hui la marque de bijoux Laëti Trëma, d’une jeune créatrice répondant au prénom de Laëtitia. Elle vit à Puteaux près de Paris et fabrique ses bijoux à la main dans son petit atelier. J’ai eu la chance de la rencontrer lors du salon Bijorhca.

Vous voyez ici les photos de sa nouvelle collection disponible actuellement en boutique et sur son e-shop ici. A la fin de l’article, vous pourrez retrouver l’interview de la créatrice pour mieux appréhender son univers. Bonne découverte !

I present you today the jewelry brand Laëti Trëma, a young designer with the sweet name of Laetitia. She lives in Puteaux near Paris and manufactures jewelry in her small workshop. I had the chance to meet her at the Bijorhca fair.

Here you see the pictures I took of her new collection available now in stores and on the e-shop here. At the end of the article, you can find her interview. Happy discovery !

Crédit photo / Photo credit Rockygirl

Bijoux créateur Laeti Trema

Bijoux créateur Laeti Trema

Bijoux créateur Laeti Trema

Bijoux créateur Laeti Trema

Bijoux créateur Laeti Trema

Bijoux créateur Laeti Trema

Bijoux créateur Laeti Trema

Bijoux créateur Laeti Trema

Bijoux créateur Laeti Trema

Bijoux créateur Laeti Trema

Comment t’es venue l’idée de créer ta marque de bijoux Laëti Trëma ?

J’ai commencé par des études de graphisme textile et j’ai ensuite eu une première expérience en tant que styliste en lingerie. Cela m’a beaucoup appris sur le sens du détail et les harmonies des couleurs et des formes. Puis j’ai travaillé pendant 4 années comme graphiste textile, mais je n’arrivais pas totalement à m’épanouir dans ce métier. J’ai eu un besoin de m’exprimer plus personnellement, et j’ai choisi le bijou fantaisie car on peut utiliser n’importe quel matériau, ce qui laisse une grande liberté de création.

Quel type de matériau utilises-tu pour créer tes bijoux et pourquoi ?

À l’origine, influencée par mon goût pour le motif et mes études dans le textile, je travaillais les tissus japonais. J’ai associé ce matériau avec le bronze pour créer mes premières collections. Et puis, au fur et à mesure de mes recherches et mes envies, je me suis orientée vers des pièces dorées à l’or fin, le tissu à été remplacé par des motifs gravés que je dessine et la couleur s’exprime au travers de l’émail.
Aujourd’hui, mes pièces sont travaillées avec deux traitements. Soit dorées à l’or fin soit en argent rhodié. J’évolue dans un style à la fois ethnique et moderne.

Peux-tu nous en dire plus sur ton atelier et la fabrication de tes bijoux ?

Mon atelier à Puteaux, est au cœur de bureaux que je partage avec d’autres indépendants et créateurs. Je côtoie des métiers très différents ce qui apporte une énergie positive.
La fabrication des bijoux se décompose en 5 étapes. En premier lieu je dessine et conçois moi-même mes pièces pour avoir une originalité et un style personnel. Ensuite je fais découper les motifs dessinés sur des plaques de laiton. Quand ces plaques arrivent je détache et polis chaque élément qui sont ensuite dorés ou argentés par un atelier parisien. Quand ce traitement est réalisé j’émaille moi-même les pièces avec les couleurs que j’ai mises au point. Et enfin je procède au montage final des éléments entre eux pour donner vie au bijou. C’est un travail de longue haleine mais qui est très réjouissant une fois terminé.

Quelle est ton inspiration pour la nouvelle collection 2016 ?

Sans hésitation ce sont mes voyages à travers le monde et en particulier les tropiques. L’univers balinais et ses rizières en terrasses magnifiques, les palmiers des Maldives et les fougères de Guadeloupe, m’ont beaucoup influencée par leur élégance, leur exotisme et leur raffinement. Les tropiques vous emmènent dans un monde à part, à la fois riche et simple. C’est ce que j’ai voulu transmettre à travers mes nouvelles collections.

Quelles sont selon toi les grandes tendances sur le marché de la bijouterie fantaisie et de créateur ?

Nous sommes dans une tendance identitaire. Les créateurs ont vraiment envie de mettre un peu d’eux dans leurs réalisations. Nous sommes de plus en plus métissés et cela se voit dans le bijou fantaisie, qui puise ses influences dans le monde entier, broderie, gravure, utilisation de perles de rocaille, cuir, peau de serpent, pierres brutes…

Quel futur dessines-tu pour Laëti Trëma dans les années à venir ?

J’avance à tâtons car dans le contexte actuel, j’ai du mal à me projeter. Je reste positive et me démène pour faire de ma marque une société pérenne. Ma tactique c’est de travailler pour les boutiques. Mes collections sont ainsi diffusées dans toute la France et ailleurs.


How did you get the idea to create your jewelry brand, Laeti Trëma?

I started by textile graphic design and then I had a first experience as a lingerie stylist. I learned a lot about the attention to detail and harmonies of colors and shapes. Then I worked for 4 years as a textile designer, but I could not completely fulfill myself in this business. I had a need to express myself more personally, and I chose jewelery because you can use any material, with a lot of creative freedom.

What kind of material do you use to create your jewels and why?

Originally influenced by my taste for pattern and my studies in textiles, I was working with Japanese fabrics. I combined this material with the bronze to create my first collections. Then, following my research and my desires, I started to golden items with fine gold, the fabric was replaced with etched patterns I draw and color is expressed through the enamel.
Today, my pieces are worked with both treatments. They can be gilded with fine gold or rhodium silver. I evolve in a both ethnic and modern style.

Can you tell us more about your studio and manufacturing of your jewelry?

My studio in Puteaux, is at the heart of an office I share with other independent and creative people. I meet very different businesses that bring positive energy.
Jewelry manufacturing is divided into 5 stages. First I draw and personnaly conceive the designs with my personal style. Then I cut out the patterns drawn on brass plates. When the plates arrive I detach and polish every element that are then golded or silvered by a Parisian workshop. When this treatment is over, I personnaly enameled parts with colors I have developed. And finally I proceed to the final assembly of the elements together to give life to the jewel. It’s a long process but very gratifying when finished.

What is your inspiration for the new 2016 collection?

Without hesitation they are my travels around the world, particularly the tropics. The universe and its Balinese rice magnificent terraces, Maldives palms and Guadeloupe ferns. I am very influenced by their elegance, exoticism and sophistication. Tropics will take you into another world, both rich and simple. That’s what I wanted to convey through my new collection.

What do you think the major trends are in the fashion and designer jewelery market?

We are in a trend of identity. Designers really want to put some of them in their achievements. We are increasingly mestizo and it is seen in the fashion jewelery that draws its influences in the world, embroidery, engraving, using seed beads, leather, snakeskin, gemstones …

What future are you drawing for Laëti Trëma in the coming years?

I’m groping for in the current context, I struggle for my projects. I remain positive in order to have a sustainable brand. My tactic is to work for the shops. My collections are well distributed throughout France and elsewhere.