Il y a quelques temps, je suis allée voir le concert d’Odyl, une jeune chanteuse punchy et pleine de talent. Elle s’est produite au Batofar, un bateau restaurant/concert sur la Seine. De quoi passer une agréable soirée d’été !

Some time ago, I went to the concert of Odyl, a young punchy and full of talent singer. It occurred to the Batofar, a restaurant/concert boat over the Seine. Enough to spend a pleasant summer evening!

Voir le site d’Odyl / See the Odyl website

Odyl

Odyl

Odyl

J’ai eu l’occasion de lui poser quelques questions.

– Qu’est ce qui t’a donné envie de faire ce métier ?
Je n’ai pas vraiment l’impression d’avoir eu le choix, ça a été plus viscéral qu’autre chose. J’écrivais depuis que j’étais gamine, puis je me suis mise à devenir fan de musique en découvrant Nirvana. La rage, l’énergie, la mélancolie qu’on pouvait retrouver chez eux me ressemblait et m’a donné envie de suivre cette voie là. Par la suite, j’ai eu l’occasion de connaitre Muse à leurs débuts, avant la sortie du premier album, j’ai du coup pas mal sympathisé avec eux et ils m’ont invitée sur plein de dates.. voir la vie d’artiste depuis les bachotages, et les voir remplir des salles de plus en plus grosses au fur et à mesure m’a motivée dans cette voie là, à force de les voir depuis le coté de la scène, je me suis rendue compte que je ne voulais pas être « sur le coté » mais SUR scène. Depuis que j’ai goûté à la scène moi même, je n’ai plus jamais voulu faire autre chose de ma vie.

– Comment te définis-tu en tant que femme ?
On a souvent défini ma musique en disant que je faisais du « rock féminin à couilles », ce qui me fait marrer, et à la fois me ressemble un peu effectivement. J’ai un coté dur, rock, rageur, franc, cru, qui peut être un peu « masculin » et à la fois je suis très féminine, sensible, fragile. Un peu comme toutes les femmes je pense, je suis ce mélange de force et de fragilité. J’aime penser que je suis libre, et mon message dans la plupart de mes textes, est de ne jamais jamais se laisser faire ni écraser, par qui que ce soit, y compris par un homme. Ma seule prison, c’est celle que je me créée moi meme parfois.

– Quels sont tes goûts en dehors de la musique ?
Je me lève musique, je mange musique, je bois musique, je dors musique, je b*** musique. Je suis assez mono maniaque, et tout ce que j’aime ou fait tourne principalement autour de la musique. Ma première passion était le dessin, j’ai fait des études d’arts graphiques, mais je ne panique plus du tout, j’admire le talent des autres par contre dans tout ce qui est image, de la photographie au cinéma etc..
Je suis passionnée d’Italie, j’y vais tous les ans depuis que je suis gamine, et j’aime ce pays, la langue, la culture, l’histoire, la gastronomie. Oui je suis très gourmande aussi. Comme toutes les filles? En plus futile, je suis très shopping aussi, je suis fan, hélas de sapes, de chaussures, et tous ces trucs qui servent à rien, mais qui font se sentir bien…

I had the opportunity to ask her some questions.

– What made you want to do this job?
I did not really feel like they had a choice, it was more visceral than anything else. I write since I am a kid, then I started to become fan of music while discovering Nirvana. Rage, energy, melancholy you could find in them was like me and made me want to follow this route. Thereafter, I had the opportunity to know Muse at their beginning, before their first album, I sympathised with them and they invited me on lots of dates .. see the artist’s life since the bachotages, and fill the stages progressively motivated me in this lane The more I saw them from the side of the stage, the more I realized I did not want to be « on the side » but ON stage. Since I tasted it myself on stage, I’ve never wanted to do something else in my life.

– How do you define yourself as a woman?
It has often defined my music by saying that I was the « female rock balls », which makes me laugh, and is a bit like me actually. I have a hard side, rock, angry, honest, raw, which can be a little « male » and at the same time I am very feminine, delicate, fragile. Like all women I think. I’m this mixture of strength and fragility. I like to think I’m free, and my message in most of my texts, is to never ever let it go or crush, by anyone, including a man. My only prison is the one I created it myself sometimes.

– What are your tastes outside of music?
I wake up music, I eat music, I drink music, I sleep music, I f*** music. I’m pretty mono maniac, and everything I like or do mainly revolves around music. My first passion was drawing, I studied graphic arts, but I do not panic at all now, I admire the talent of others in everything, image, from photography to cinema etc..
I am passionate about Italy, I go there every year since I was kid, and I love this country, language, culture, history, gastronomy. Yes I am also very greedy. Like all girls? And more futile, I am very shopping too, am a fan, alas clothes, shoes, and stuff that are useless, but that make feel good …